Blog basse play-music.com

page 29

Groove de basse funky avec les bends

Publié le 18/03/2013

Ce petit cours de basse va vous permettre de découvrir un effet de jeu plutôt blues/rock joué dans un cadre résolument funky. Il s'agit du fameux bend ou tiré de corde.

La musique funk est en effet une grande source d'inspiration pour les bassistes de tous horizons, d'autant plus qu'elle intègre volontiers des effets de jeu venus d'ailleurs… ce qui est le cas de cet effet très guitaristique, mais aussi très blues et rock, qu'est le tiré de corde, ou "bend" en anglais.

Le bend, consiste à monter une corde (et donc une note), en la tirant soit vers les cordes graves (si vous jouez dans les cordes aiguës), soit l’inverse ! Le but étant de modifier la valeur de la note ainsi tirée de façon progressive. Cet effet se note avec le symbole B (pour Bend).

Le release-bend (noté RB) n’est autre que le mouvement inverse, qui consiste donc à redescendre une corde préalablement tirée. Attention, cet effet ne peut être obtenu que si la corde est déjà levée ou baissée, donc généralement dans la foulée d'un bend précédemment joué.

Prenons donc un exemple, dans lequel l'anacrouse propose un premier bend et release bend enchaîné, pour lequel il faudra tirer la corde vers les cordes aiguës, sans quoi vous sortiriez du manche, les notes à jouer se trouvant sur la corde de Mi grave.

On retrouvera cet enchaînement (B et RB) en fin de deuxième mesure mais il faudra veiller cette fois à effectuer le mouvement inverse puisque celui-ci s'effectuera sur les cordes aiguës, en tirant la corde de Sol vers les cordes graves.

Le reste du groove est funky à souhait, avec tous les ingrédients que l'on connaît : placement rythmique, notes mortes, hammer, slide...

Ecoutez l'enregistrement correspondant pour découvrir toutes les subtilités de ce groove et être capable à votre tour de le jouer en place :

Si les effets de jeu à basse vous intéressent, la méthode dédiée aux techniques pour la basse comblera, à n'en pas douter, toutes vos attentes.

Et pour aller un peu plus loin encore dans l'originalité, la vidéo pédagogique dédiée aux techniques modernes à la basse vous satisfera assurément.

Les accords à la basse avec 3 doigts

Publié le 18/02/2013

Ce petit cours de basse nous donne l'occasion de travailler à la fois les accords et la technique spécifique du jeu à trois doigts.

La technique du jeu à trois doigts (nous parlons bien sûr ici de la main droite !) a été mise en avant dans le Heavy Métal par le bassiste d’Iron Maiden : Steve Harris. D’autres, tels que Billy Sheehan ou encore Robert Trujillo en abusent également. Et d'autres encore, bien sûr, dans d'autres styles musicaux…

Même si de nombreux bassistes peuvent aller très vite avec 2 doigts, cette technique permet de jouer à des vitesses très élevées, que seuls ceux qui jouaient au médiator pouvaient atteindre jusqu’alors.

Il est possible de l’envisager de différentes manières, selon les aptitudes de chacun, ou encore l’utilisation que l’on souhaite en faire. La solution la plus académique suit le schéma suivant : index en premier, majeur en deuxième, annulaire en troisième.

Cette technique convient parfaitement pour jouer rapidement des groupes de 3 notes comme des triolets ou des sextolets, par exemple.

Jouez ainsi les arpèges d'accords suivants sur 3 cordes, avec un doigt par corde : 

Et si certains bassistes préféreront le système pouce-index-majeur, l'idée ici sera d'y arriver en utilisant l’ordre index-majeur-annulaire indiqué précédemment.

Ecoutez l'enregistrement correspondant joué à deux vitesses différentes. La première au ralenti et la seconde… beaucoup plus rapidement :

Si les accords vous intéressent, consultez donc l'ouvrage qui y est intégralement dédié, en l'occurrence Basse & accords.

Et si c'est la technique du jeu à trois doigts qui retient votre attention, le cours multimédia Le jeu à 3 doigts répondra à toutes vos attentes dans le domaine, tout comme la méthode consacrée aux techniques pour la basse qui évoque également le sujet parmi d'autres.

Soudures de basse et batterie

Publié le 21/01/2013

La basse et la batterie étant les garants du groove et de l'assise, leur complicité est essentielle au sein de n'importe quel groupe ou formation musicale.

Nous verrons ici comment la basse peut progresser en parallèle avec la batterie, c'est-à-dire être construite à partir de soudures (accents communs qui unissent la basse et la batterie) pour mettre en avant l’osmose parfaite entre les 2 instruments. 

Voici donc ce que l'on peut considérer comme la soudure parfaite. On peut d'ailleurs constater visuellement l’analogie des parcours entre la basse et la batterie :

Ecoutez l'enregistrement correspondant pour vous rendre compte à quel point c'est flagrant :

Analysons maintenant ce qui se passe…

Dans la 1ère mesure, le 1er temps est identique. Sur le 2ème, on conserve les temps fort et la 4ème double croche seulement, car il aurait été de très mauvais goût de jouer les 4 double croche comme la basse. Dans une soudure, il est conseillé de ne mettre en avant que les accents fondamentaux, et uniquement ceux là : la caisse claire placée sur la 4ème double croche du 2ème temps appelle les 2 croches du 3ème temps.

Dans la 2ème mesure, les 1er et 4ème temps sont soudés alors qu’au milieu (2ème et 3ème temps), il se passe également une soudure, mais qui n’est cette fois pas parfaite. Sur le 2ème temps, la batterie marque l’after-beat (en général sur les temps faibles, 2 et 4, de la mesure), grâce à la caisse claire sur la 2ème double croche puis la grosse caisse sur la dernière double croche de la basse. C’est l’osmose ! Elle enchaîne ensuite les 2 doubles croches du 3ème temps.

Conclusion : nous avons bien là une réelle soudure !

Cet exemple n'étant qu'un parmi bien d'autres possibles, vous êtes maintenant invité à travailler la méthode dédiée intégralement aux grooves basse et batterie, qui en comporte des tonnes… avec ou sans soudures !

Avez-vous téléchargé le cours de basse gratuit du mois ?