Blog play-music.com

page 174

Articles par instrument :   guitare   basse   batterie   piano

Partition de piano de Master Blaster (Stevie Wonder)

Publié le 19/08/2013 , dans le blog piano

Voici la partition pour piano de l'intro du mythique Master Blaster (Jammin') de Stevie Wonder, l'homme aux 72 millions d'albums vendus…

Aveugle depuis sa plus tendre enfance, mais néanmoins bourré de talent, Stevie Wonder nous propose ici un morceau composé de 3 intros différentes : la première, qui prend le relai de la batterie, est jouée à la guitare, puis vient se greffer l'orgue sur la deuxième et enfin les cuivres sur la troisième.

C'est la première qui nous intéressera ici et ce pour plusieurs raisons. Tout d'abord parce que c'est celle que l'on a tous en tête, mais aussi parce qu'elle constitue un excellent exercice d'indépendance main gauche / main droite.

Comme indiqué au début du morceau, le groove est ternaire et les croches devront donc être interprétées comme telles. Attention aussi à bien lire la partition telle qu'elle est écrite, c'est-à-dire à l'octave (voir les clefs de Sol et de Fa).

Il faudra par ailleurs penser à bien piquer les premières notes de chaque temps, notamment à la main droite… qui est un arrangement de la partie de guitare.

Travaillez par groupes de 2 mesures, puis assemblez l'ensemble une fois que le motif est parfaitement maîtrisé.

Enfin, n'hésitez pas à écouter l'original si vous avez des soucis de mise en place. Si vous ne le possédez pas, vous n'aurez bien entendu aucun problème pour le trouver sur internet !

Stevie Wonder étant un artiste très complet (soul, rhythm 'n' blues, pop, funk, jazz…), vous retrouverez des tas de morceaux à jouer dans l'esprit du bonhomme, dans la collection d'accompagnements pour piano How2Play.

Le respect des silences à la guitare

Publié le 12/08/2013 , dans le blog guitare

Nous allons nous concentrer dans ce petit cours de guitare sur des valeurs rythmiques essentielles : les silences… et apprendre comment bien les respecter !

Un silence, comme son nom l'indique, correspond à un arrêt de jeu dont la durée varie selon le symbole rythmique qui le représente. Les silences sont essentiels car ils vont vous permettre de laisser respirer la musique.

Nous nous limiterons ici à 2 valeurs, ayant bien entendu une correspondance, en terme de durée, avec une note. La demi-pause, qui a la même durée qu’une blanche, et le soupir, qui a la même durée qu’une noire.

Contrairement à l’idée que l’on peut s’en faire, le silence correspond à une action réelle, celle qui consiste à couper le son et pas seulement au fait de «ne pas jouer» ! Cette distinction est essentielle, car il ne faut pas laisser se prolonger le son d'une note lorsque c'est un silence qui doit être entendu ! Le son de la note précédente ne doit en aucun cas se prolonger sur un silence !

Alors prenez votre métronome et jouez l’exercice suivant. Celui-ci reprend, sous la forme d'un accompagnement de guitare, les deux silences étudiés. Cette accompagnement est volontairement simple afin que vous puissiez bien assimiler la notion de silence. Veillez donc à la mettre correctement en application, d’abord avec le présent exercice, puis sur vos partitions préférées.

Utilisez bien entendu l'enregistrement pour comprendre comment les silences doivent être marqués. Pour plus de clarté, l'exemple y est joué à deux tempi différents :

Dans un prochain article, nous verrons comment utiliser des valeurs de silences plus rapides...

D'ici là, et pour en savoir davantage sur les silences, la méthode Théorie & solfège vous renseignera de manière complète sur le sujet.

Et pour pratiquer les silences sur différents accompagnements, le mieux est assurément de travailler l'excellente méthode dédiée intégralement à la guitare rythmique. Un must dans le domaine !

Comment jouer le triolet de noires à la batterie

Publié le 09/08/2013 , dans le blog batterie

Le triolet de noires est une figure rythmique que bien des batteurs ont du mal à appréhender… alors, pour leur plus grand bien, voyons cela de plus près !

Les triolets de noires en indépendance, et donc toute l’indépendance dérivée, demandent une bonne compréhension du triolet lui-même. C’est donc par là que nous allons tout naturellement commencer !

Jouer un triolet de noires consiste à jouer 3 notes régulières dans l’espace d’une blanche (c'est-à-dire 2 temps). La façon la plus rigoureuse de penser consiste donc à se baser sur le triolet de croches… qui consiste à jouer 3 notes régulières dans l'espace d'un seul temps (une noire).

Pour jouer des triolets de noires, il faudra compter des triolets de croches et ne jouer qu'une note sur deux. Tout simplement… enfin presque !

Dans notre exercice, on joue la grosse caisse sur les temps et on ajoute la caisse claire, tout d'abord en triolets de croches (mesure 1), puis en triolets de noires (mesure 2).

Afin de faire les choses progressivement, en 3 étapes. Commencez par jouer la mesure 1 en boucle telle qu'elle est présentée. Puis accentuez un coup sur deux, en l'occurrence ceux joués à la main droite (rond blanc). Enfin, supprimez les coups joués à la main gauche… et vous obtiendrez un triolet de noires, comme indiqué à la mesure 2.

Ecoutez l'enregistrement correspondant afin de bien comprendre comment se place le triolet de noires à la batterie :

Pour en savoir plus sur le sujet, intéressez-vous aux méthodes Indépendance à la batterie et La batterie évolutive qui utilisent, entre autres, la formule du triolet de noires… mais aussi bien sûr la méthode Le rythme en autodidacte dont le titre parle de lui-même.

N'oubliez pas de télécharger les cours de musique gratuits du mois !